Génération Ecologie se félicite de l’élection d’Emmanuel Macron

Génération Ecologie se félicite de l’élection d’Emmanuel Macron

 

Après des mois de revirements et de surprises cette élection présidentielle a enfin donné son verdict. C’est le candidat des progressistes qui a été élu face à la candidate des extrémistes de tous les conservateurs.

 

Mais pour combien de temps ? Les français se sont donnés un nouveau délai de réflexion pour 5 ans. Il reste donc cinq années pour les convaincre que le Monde présent est plus vivable que celui du souvenir.

 

Après un mandat difficile ou la Gauche a été confrontée au terrorisme, à une crise économique, au chômage et à ses frondeurs l’essentiel reste préservé : la Démocratie, la protection sociale et l’Europe.

 

Le sursaut républicain a évité l’affrontement final entre les extrémismes de Gauche et de Droite. Mais il a aussi discrédité les vieux partis issus de la dernière Grande Guerre. Ceux-ci devront se réformer. Leur disparition laisserait face à face les extrêmes.

Les grands groupes politiques doivent se regrouper véritablement autour de valeurs partagées, l’écologie en est une, et non autour des veilles allégeances ou des intérêts communs, et contrairement au passé ils devront coopérer.

 

Pour l’heure le résultat actuel a masqué les problèmes et mais ne les a pas résolus. Deux solutions sont proposées aux dirigeants politiques : soient ils continuent de s’affronter comme avant en misant sur l’échec du régime en place dans l’espoir de tirer « les marrons du feu », soient ils participent à une coalition des progressistes destinée à reformer le pays pour l’adapter au Monde qui évolue.

 

La pire erreur serait que la leçon de ce scrutin ne soit pas comprise.

 

Génération Ecologie s’inscrit bien entendu dans le cadre d’une coalition nationale pour un renouveau social, écologique et économique.

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Génération Ecologie

L'écologie responsable
Voir le profil de Génération Ecologie sur le portail Overblog

Commenter cet article