Le dilemme des boues rouges de Gardanne

  Le dilemme des boues rouges de Gardanne

Le feuilleton des boues rouges rejetées depuis des décennies au large de Cassis par l’usine Alteo de Gardanne en et à sa saison 10.

En effet la nouvelle autorisation donnée par le préfet permettant à Alteo de continuer à rejeter ses boues rouges pour une durée de 6 ans ne règle aucun des problèmes crée par le fonctionnement de cette usine de Gardanne

L’un de ces problèmes étant que la fabrication d’alumine pour sa transformation en aluminium sera plus que jamais nécessaire puisque l’alumine sera un des rares matériaux encore exploitable à la fin du siècle et Alteo sera la seule usine en Europe capable d’intervenir dans ce domaine.

Le deuxième problème c’est que l’usine ne peut être arrêtée, même temporairement, car un arrêt s’accompagnera d’une prise en masse de l’usine ce qui entrainera sa destruction totale.

Le troisième problème majeur et antagoniste c’est que cette industrie n’a plus le droit de polluer la méditerranée car c’est contraire à la convention de Barcelone signée par la France.

Le quatrième problème c’est, qu’avec ou sans les effluents argileux rouges, les rejets sont tout aussi dangereux eu égard à leur contenu en métaux lourds et autres produits toxiques. Les boues rouges qui ont été déversées par millions tonnes dans le canyon de Cassidaigne se sont diluées au large puisque ce canyon est compétemment érosif et ne retient donc aucun dépôt sur son fond.

La solution est au contraire de stocker les produits dangereux à terre où on peut les contrôler plutôt que de les rejeter en mer où ils vont continuer à contaminer la faune marine et les consommateurs.

Michel Villeneuve

Directeur de recherche

Vice-président de Génération Ecologie

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Génération Ecologie

L'écologie responsable
Voir le profil de Génération Ecologie sur le portail Overblog

Commenter cet article