Génération Ecologie est pour un vrai débat sur l'énergie

Génération Ecologie, que préside Yves Pietrasanta, Maire de Mèze, vice-président du Conseil Régional Languedoc-Roussillon, ancien député européen (1999-2003), se prononce pour un « débat national » sur l’énergie mais pas à n’importe quelles conditions.

En effet, la catastrophe nucléaire de Fukushima, au Japon, a montré la fragilité de la filière nucléaire dite à « fission ». Même si les installations nucléaires du Japon ont résisté à un séisme magnitude 9 sur l’échelle de Richter (c'est-à-dire 900 fois plus énergétique que celui de Lambesc en 1909 dans les Bouches du Rhône) certaines, comme à Fukushima, ont déjoué les prévisions en matière de Tsunamis.

Or, dans les trois accidents nucléaires les plus graves: Three Miles Island, Tchernobyl et Fukushima ce sont des erreurs humaines et non des erreurs mécaniques qui sont à la base de l’accident nucléaire. « Three Miles Island » parce que les techniciens n’ont pas compris ce qui se passait, Tchernobyl parce que l’ingénieur en chef a voulu faire le malin en pratiquant un test que tous les autres ont refusé de faire sur ce type de réacteur et Fukushima parce que l’on n‘installe pas des centrales à « fission » en bord de mer dans des zones où les tsunamis sont fréquents et susceptibles d’engendrer des vagues plus importantes que les 6 mètres de hauteur supposés.

Donc quelles que soient les précautions technologiques qu’on prendra rien ne pourra empêcher des erreurs humaines dans un domaine que l’on ne maîtrise pas totalement.

D’autre part, si l’on ne craint pas de manquer de minerai pour les centrales atomiques dans les décades à venir il n’en reste pas moins que le problème des déchets nucléaires n’est toujours pas réglé et comme le disait justement un ancien directeur de la COGEMA (ancêtre d’AREVA), « la filière à fission mourra par constipation ».

Enfin si la filière atomique ne produit pas de gaz à effet de serre et permet d’obtenir de l’énergie à bas prix c’est tout simplement parce que les coûts liés à la destruction des centrales en fin de vie n’est pas reporté sur les générations utilisatrices de ces centrales mais sur les générations suivantes.

Pour toutes ces raisons la filière atomique à « fission » doit être réévaluée surtout en France où elle produit 80% de l’électricité alors que dans tous les autres pays, y compris le Japon et les USA, le nucléaire n’est qu’une source d’appoint et non la source principale d’électricité.

Le choix français du « tout nucléaire » imposé par les gouvernement successifs est lie principalement à « l’esprit jacobin » des dirigeants qui veut que les mêmes solutions s’appliquent à tous les français et à toutes les régions quelles que soient les conditions locales. Or, les régions françaises ne sont pas toutes égales devant les besoins et devant les productions énergétiques. Le soleil ne brille pas partout avec la même intensité et le vent souffle pas partout avec la même force.

Il y a donc lieu de revoir la politique énergétique de la France et tenant compte des spécificités de chacune des régions et aussi dans un cadre européen. Il faudra également tenir compte des apports possibles de la filière à « fusion » nucléaire car il ne faudrait pas jeter le bébé ITER avec l’eau du bain nucléaire.

Pour toutes ces raisons Génération Ecologie demande un vrai débat sur la production et la distribution d’énergie en France, compte tenu que le débat national de 2003 a été saboté par nombre d’organisations écologiques et que les deux représentants de Génération Ecologie (Yves Pietrasanta en tant que député européen et Michel Villeneuve en tant que Président des Ecobleus) à ce débat se sont retrouvés ultra minoritaires dans un « comité consultatif » colonisé par les institutionnels et les représentants des industriels.

La position de Génération Ecologie est que le « domaine énergétique doit rester entre les mains de l’Etat » et ne pas être jeté en pâture aux firmes privées qui verraient bien la fin du pétrole se poursuivre par l’exploitation des « gaz ou des pétroles de schistes ».

La politique énergétique de la France ne doit pas se faire à la corbeille comme le disait très justement le Général de Gaulle.

Michel VILLENEUVE,

Directeur de recherche au CNRS

Vice-Président de Génération Ecologie,

Génération Ecologie est pour un vrai débat sur l'énergie
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Génération Ecologie

L'écologie responsable
Voir le profil de Génération Ecologie sur le portail Overblog

Commenter cet article